CheveuxChroniques

Cheveux lisses ? Le rêve ….

sils étaient lisses

Cheveux longs, raides, soyeux : tout le contraire de cheveux crépus, secs, hargneux . La nature n’en a fait qu’à sa tête sur la nôtre et pourtant pas moyen de s’en contenter, quitte à y consacrer nos économies et notre vie, nous relevons le défi !

Obtenir un résultat idéal, tel sera notre but et tant pis si les produits coiffants ne tiennent pas toujours les promesses faites par les publicités. L’avantage de la concurrence c’est que nous n’aurons pas assez de toute une vie pour tester toutes les lotions proposées. Avant toute chose il faudra s’armer de patience et d’accessoires variés : barrettes, fichus, chouchous, chapeaux, perruques, bref des cache-misère pour les lendemains d’expériences ratées, les matins où il faut aller en cours avec une tête de caniche rescapé d’une explosion, avec plus de cheveux que la veille, encore plus secs et frisés, alors qu’on les voulait souples, légers et droits comme notre conduite !
Pour éviter les moqueries des frères et les jurons des pères, mieux vaut s’enfermer à double tour dans la salle de bains( surtout pas dans la chambre car un robinet d’eau peut s’avérer indispensable en cas de brûlure au défrisant) , de plus le port du foulard à la maison peut permettre d’essayer toutes les fantaisies dans la discrétion la plus religieuse.
Ne pas oublier d’installer une serviette éponge sur la taie d’oreiller afin de ne pas transformer le lit en friteuse après une nuit en compagnie d’une huile assouplissante pour chevelure de lionne, parfois même on serait tentée d’essayer l’huile d’olive généreusement appliquée sur nos cheveux assoiffés ! Parfois le désespoir rend inconsciente et la manipulation de certaines substances nécessiterait un diplôme de chimiste, sans compter la fortune dépensée qui pourrait servir à acheter des fringues seyantes.
Attention aussi au fameux fer à repasser, prétendu plus efficace que les fers à défriser classiques mais aussi beaucoup plus dangereux en cas de contact avec le cuir chevelu, comme quoi les conseils de nos aînées peuvent s’avérer douloureux !
De temps en temps nous avons de fausses joies, croyant avoir atteint la perfection capillaire et voyant une beauté européenne dans le miroir ; mais c’est sans compter avec la sorcière humidité, celle qui se dépêche de s’insinuer des racines jusqu’aux pointes pour faire des ravages dans les brushings et donner du volume lorsqu’on en a assez ! Avec nos amies soeurs de galère, nous avons beau échanger des trouvailles, rien n’y fait, c’est soit la condamnation à se lever tôt pour se lisser la tignasse, soit abdiquer et exhiber notre nature orientale en profitant de la mode disco qui revient comme les quatre saisons.
Après tout, il ne s’agit pas de devenir chauve , à choisir autant tenter de discipliner un peu l’électricité statique qui sévit depuis des générations sur les crânes et si le doute persiste encore il reste les postiches et perruques hors de prix qui font transpirer abondamment la tête et qui ne permettent pas de se passer la main dans les cheveux avec naturel !

Myriama

Répondre