Tendances mode

Blouza wahrania ! une Merveille de L’Oranie

La blousa est la robe traditionnelle emblématique d”Oran. Originaire de Tlemcen, la blousa mansoria se caractérise par un col imposant, ouvert et orné de perles, de pierres et de sequins.

Vêtement traditionnel d’apparat typique de l’ouest algérien, la blouza est en réalité originaire de Tlemcen même si Oran en revendiquent la paternité. La blouza est une simple robe serrée à la taille par un élastique, à manches courtes (les manches peuvent être bouffants ou ouvertes) et légèrement décolletés devant et au dos. Son originalité réside dans la matière dans laquelle elle est confectionnée mais surtout dans les ornements situés au décolleté. Les jeunes filles aiment les blayez (plusieurs de blousa en arabe algérien) au tissu coloré, voir flashy. D’autres plébiscitent les couleurs nacrées ou plus neutres et choisissent de mettre l’accent sur le travail du sder (le décolleté).

Aujourd’hui, ce vêtement connaît un nouveau souffle grâce à un regain d’intérêt des jeunes algériennes pour leur patrimoine, il est essentiellement confectionné pour les jeunes mariées. Dans sa version soirée,les créateurs rivalisent d’audaces et de créativités et le conçoivent avec un décolleté serti de perles nacrées, de galons perlés, de cristaux ou de sequins. Mais la blouza n’est pas qu’une tenue pour les mariages. Elle se décline également en vêtement d’intérieur à l’instar de la abaya.

Effectivement, nos grands-mères le portaient à la maison dans une version plus modestes. A un moment délaissé car la blouza n’était pas assez mestoura (pudique), nos grands-mères ne la portaient qu’à la maison.

Son origine est imprécise mais on suppose qu’elle a bénéficié de plusieurs influences, en particulier l’influence arabo-andalouse mais aussi juive. D’ailleurs, les juifs d’Algérie étaient spécialisés dans sa confection.

Comme nous l’expliquons dans cet article, la blouza parait simple à confectionner, certaines couturières amatrices la réalisent elles-même et achètent le sder chez le couturier local du coin, dans le centre historique et commercial de Tlemcen, el Issaria, les commerçants en vendent à foison. Mais en réalité, sa réalisation demande une certaine finesse et les exigences des femmes d’aujourd’hui demandent d’être plus perfectionniste dans son travail afin d’offrir des blayez dans l’ère du temps.

Répondre