Couple

Comment se sortir d’un premier rendez-vous foireux

Une rencontre inédite, et vous êtes agitée comme une puce, serait-ce un signe du Mektoub ? Mais voilà que le jour J arrive, et rien ne se passe comme prévu car le problème c’est LUI. Ensemble relatons ces rendez-vous foireux. Ce jour où vous étiez à ça de vous voir sur le trône de la mariée, jusqu’à ce que le naturel de Si Khouna soit revenu au galop plus tôt que prévu. Fiches descriptives et inventaire de ces rencontres mémorables et astuces pour s’en sortir.

Le Messmar

Alias ji3ane, mech’hah, bref, il s’agit du radin.
Signes particuliers : Il est accro à la Garantita. Il serait prêt à mourir pour une pièce de 100DA égarée.
Scénario : Faisant mine de gérer la situation, il décide de passer commande. Aventureuse, vous prenez ça du bon coté, il veut vous surprendre. Mais voilà que la commande arrive : UNE pizza aux anchois (la moins chère du Menu) pour deux et de l’eau plate pour se désaltérer. L’addition arrive, Monsieur est en sueur, il aimerait vous la faire partager mais sa Dz-Redjla le retient. Les billets ont du mal à sortir de sa poche, qu’il prétend trop petite.
Astuce et comment s’en sortir : Restez zen, ceci est peut être une stratégie dictée par ses copains afin de tester si vous êtes matérialiste ou pas. Oui, c’est con, mais entre nous, les cons y’en a plein. Laissez un pourboire, pour contribuer et proposez lui un dîner à « Chorba pour Tous » en souriant. Avec l’ironie tout passe, y compris les anchois.

Le dépassé

Machi lahaq. Autrement dit son agenda de ministre lui donne l’air de porter les problèmes de la Nation sur les épaules.
Signes distinctifs : Premier rencart -> premier retard/ toujours stressé/ vous oublie sur le trottoir pendant que lui traverse la rue/ s’impatiente dès que la commande au resto tarde à arriver.
Scénario : Il a décidé du lieu et de l’heure mais finalement ça fait une demi-heure que vous êtes sous la pluie à l’attendre. Votre brushing : lah yerahmou. Toute la rue à capter que vous alliez voir « wahed ». Et lui se contente de vous écrire « j’arrive » par sms.
Astuce et comment s’en sortir :
Pas de panique. La tisane de camomille calme les esprits et une balade au jardin d’essai détend les citadins. Laissez-le à votre tour poiroter trois quarts d’heure, laissez le mijoter avant de répondre au téléphone, et pour les plus courageuses : confisquez-lui son téléphone l’espace du rendez-vous en mode silencieux, au fond de votre sac à main. Avec tout ça, normalement : yefham.

Le lascar

Signes distinctifs : mèche gélifiée, sonnerie de portable signée Kader Japoni, langue de Molière décapitée.
Scénario : par une soirée estivale caniculaire vous l’aviez aperçu. Vous pensiez avoir trouvé le roi de l’humour, le prince de Bel Air au physique atypique. Et finalement tout est retombé comme un cake raté et ce, dès le premier RDV tant attendu. Première phrase qui vous vient en tête : « qu’est ce qui m’a pris ? »
A la lumière du jour en plein hiver morose tout est plus clair. Lexique douteux, il ne peut s’empêcher de gesticuler, il vous fait un « tape cinq » à chaque blague, et surtout vous venez d’apercevoir l’ongle de son l’auriculaire droit qu’il a laissé pousser. (oui berk)
Le plus dur : vous lui plaisez, il a le « Smile », il a déjà parlé de vous à sa mère qui veut vous voir, il a déjà choisi les prénoms de vos futurs enfants : Nour et Mohaned. Il n’avait, je cite :« jamais imajinite rouhi nssib wahda kima nti ». Cheb Hassan sort de ce corps, immédiatement !!
Astuce et comment s’en sortir :
Sauve qui peut yal khawa, autrement dit : el harba tsselek. Jouez la carte de l’intérêt devant lui, masquez votre choc par des sourires, ces types ont un égo qui fait la taille du stade de Bologhine, il pourrait prendre très mal votre changement d’attitude. Mais une fois seule, procédez au changement de numéro, disparition de la circulation. Et si vous pouvez même : changez de Wilaya.

Le Hachmène

Alors lui, c’était prévisible. Trop pas votre style mais par pitié ou par forcing des copines qui vous ont saoulé de « vas-y meskine il a la beauté intérieure »… bah vous avez cédé.
Signes distinctifs :
Lui et la galanterie ça fait trente six. Il n’a pas l’habitude de séduire. Il accorde plus d’intérêt à votre mention au bac et au modèle de votre téléphone qu’à votre chevelure de sirène. Il parle depuis 25 minutes de son groupe de Gnawa en jouant avec ses mains tellement il est timide. Il ne rigole pas à vos blagues, pourtant ce n’était pas faute d’avoir essayé pour le mettre à l’aise, mais son humour est aux antipodes du vôtre. Bref vous l’avez compris : discuter avec lui c’est tout sauf passionnant.
Solution : Lui prescrire un laxatif. Ou épatez-le avec vos connaissances dans son domaine de prédilection. Il arrivera peut être à se détendre. Avec lui c’est tout simplement : Douga Douga. Pour les impatientes : Next.

Le Zewakh

Au début, son assurance avait l’air de vous séduire. Mais il s’avère qu’il est bel et bien : Ana w Ana.
Monsieur a tout fait, tout vu, a un avis sur tout. A la moindre question, il se lance dans un monologue sans fin au point où vous n’écoutez même plus ce qu’il raconte. #Larguée. A ses yeux, vous devez vous estimer heureuse de l’avoir rencontré, car il est la crème de la crème. Quoique jusqu’ici même une pub pour le flan Nouara est plus distrayante. Il ne vous laisse pas en placer une et vous donne même l’impression que votre vie à coté de la sienne, c’est celle d’un Koala qui se fait chier en Australie.
Comment le repérer : Il sourit tout le temps/ sur Facebook il a 356 amis dont la moitié sont des étranger(e)s/ Ses statuts sont toujours localisés taa « choufou où je suis « / Il finira par vous annoncer qu’il est cousin une célébrité locale, régionale, voire internationale. (hein tant qu’on y est)
Astuce :
Pour les plus courageuses : Baillez. Il n’y a pas plus clair comme message. Puis finissez par : « En dépit de vos talents d’orateur, nous sommes dans le regret de vous annoncez que vous n’êtes pas embaucher. » Il comprendra qu’il a foiré son entretien.

Le Rayah Fiha

Autrement dit, le type complètement à coté de la plaque. Au départ il semblait sympathique, naturel, simple et spontané. Mais Monsieur est « je-m’en-foutiste ».
Signe : Aucun effort vestimentaire, d’où la paire de Converse sale et tachée d’eau de javel / Il n’a pas jugé utile de choisir un resto au préalable et vous emmène au premier Kebab qu’il trouve/ Après le déjeuner il a prévu une balade au centre commercial de Bab ezzouar. Vous en aviez rêvé de cette sortie, et bien c’est raté.
Solution :
Il est naturel, soyez-le. Dites-le lui avec des mots. En fonction de sa réponse agissez. S’il vous trouve « chichiteuse » et râleuse pour un premier rendez-vous : zappez direct. S’il promet de faire des efforts, pardonnez ses maladresses, personne n’est parfait et puis Babez Center c’est sympa tout de même.

Le Zahwani

Il semblait heureux et chaleureux. Vous ne saviez pas que c’était le roi du Dance floor, le John Travolta algérien.
Signe : il vous demande sans cesse ce que vous faites de vos week end, de vos soirées, de vos vacances. Ce qu’espère le bonhomme c’est une déclaration de votre part, genre : « Me dandiner chaque soir, c’est ma passion » en battant des cils et en dégageant la mèche.
Scénario : Tout se passe à merveille jusqu’à ce que Monsieur lance un « j’adore nechtah ». Vous ne savez pas s’il faut rire ou pleurer. Vous vous dites : « j’ai toujours aimé les films Bollywood mais finir avec un chetah ça n’a jamais fait partie de mes projets ». En gros le mec : f’nhar ynavigui w fel lil yriski. Danser et s’éclater c’est bien, mais avoir une vie rangée à 34 balais c’est bien aussi.
Solution : Soit vous commencez dès à présent les répétitions pour Danse avec les Stars et vous tentez le casting avec lui. Ou bien : l’Algérie a un incroyable chetah talent.
Soit, vous lui proposer directement de rencontrer votre père qui a trois omra, une hadja, et dix chapelets à son actif. Le sosie de Takfarinas va vite changer de cible.

Tous ces portraits sont une caricature. Toute similitude avec les situations, faits ou personnages cités, est le fruit d’une pure coïncidence. A votre tour de nous raconter votre pire rendez-vous galant.

Bassoum

4 commentaires

  1. j’ai adorée!!! j’en étais sur que c’était un article de bassoum avant même de l’avoir vu excellent comme d’habitude! le pire rendez vous qui m’est arrivé c’est avec le “hechem” je me suis ennuyé à mourrir déjà qu’un premier rendez vous c’est pas évident alors si on se retrouve avec un coincé encore pire!

  2. Bassoum ton article est génial et englobe bien,les premiers RDV,durant lesquels on se scrute,se scanne pour déceler à quelle catégorie appartient le prince charmant/ou pas!

    Je me permets d’ajouter deux catégories:

    “Le pot de colle”:
    Alias: el lasska / chewing-gum.
    Signes particuliers : il t’appelle mille fois par jour, te demande si tu lui manque à chaque appelle aussi…..Bref ces journées tournent autour de toi. Et même s’il n’a pas de crédit il t’envoie le fameux SMS gratuit « 3aytli » appelle-moi » !!

    Scénario :
    Au début l’intérêt qu’il te porte, te flatte, enfin quelqu’un qui veut tout savoir sur toi, ce que tu aimes, ta fleur préférée, te couleur préférée, ta famille…..Tout rani n’koulek.
    Tu te sens écoutée, aimée pour ce que tu es mais tu tombes vite de haut quand un jour, alors que tu sortais avec des copines, il débarque là où vous êtes (car tu as eu « l’excellente » idée de tout lui dire sur votre sortie).Il arrive et te sort « Omri masbartch 3lik,kount hab encoufek ».
    Tu dégaines ton sourire le plus jaune et tu dis « c’est mignon », mais au fond de toi, t’as envie de lui en coller une, bahdlek devant tes copines qui tirent la tronche à cause de cette intrusion dans votre clan des « girls ».
    Tu te rends compte, que ce type te colle, limite te harcèle avec ses coups de fils et par le fait qu’il t’attende sans prévenir à la sortie de la fac/ boulot.
    Tu le soupçonne même d’être obsédé par vous, presque psychopathe !!
    « My god kifach n’likidih », car c’est décidé, rayeh itir de ta vie !
    Astuce et comment s’en sortir :
    Faut préparer un bon plan d’attaque car il faut savoir que ce spécimen est particulièrement tenace, il ne lâchera pas l’affaire aussi facilement !
    Première chose à faire : ne pas répondre à tous ses appels ; commencer par répondre à 2 ou 3 coups de fils par jours.
    Deuxième étape si la 1e échoue : te faire accompagner par ton frère à la fac/ boulot ; espérant qu’il ne t’abordera pas croyant que tu es déjà avec quelqu’un d’autre.
    Troisième étape : sortir la fameuse réplique « jaw khatbouni ou maliya kablou,madabik matzidch t3ayatli.
    Quatrième étape si les 3 premières n’ont rien donné, lui envoyer qlq’un pour lui casser la gueuel.
    Ps : je pense qu’il ne t’oubliera pas puisqu’il croyait que tu étais folle de lui et ne comprends pas ce revirement de situation. Les psychopathes pensent que l’autre est raide dingue de lui.
    « Khlasset 3lik mal » quoi que tu fasses !!

    *Le fils à papa/maman*
    Alias : anouche !!
    Signes particuliers : il ne jure que par mama/papa.
    Scénario : il ne peut pas s’empêcher de placer dans toutes les discussions les mots « mama » » papa » ou k »hti » = « la frangine ».
    Au début, vous êtes rassurée, ce mec a une vie et surtout les valeurs de la famille,bayen « h’nin ».
    Mais vite, tu ouvres les yeux, » « erajel », parle de sa famille même quand la discussion est loin de traiter le sujet de la famille. Te raconte tout ce que sa maman fait pour le satisfaire, lui son fils chéri : hadi « kahwa fi lefrach », hada cirage de « essabat »,il te fait comprendre que mama « hiya lam3alma fi eddar »,aucune décision ne se prend sans son aval. Te dis que « papa » à l’intention de lui offrir telle voiture ou tel voyage et mieux, lui monter sa propre affaire.
    Tu comprends vite que si les choses venaient à se concrétiser, tu ferais ménage à plusieurs vu les places qu’occupent les membres de sa chère famille.
    Astuce et comment s’en sortir :
    Tu n’as pas 36 000 solutions. Critique les belles-mères en général, dis qu’à ta future belle-mère tu feras la misère, que tu vivras seule, que le mec sera à toi car tu l’arracheras à sa famille.
    Tu verras, c’est lui qui fuira ta compagnie !

  3. J’adore!
    Le pire:
    le Zewakh,ce que j’appelle le “I, me and myself”: Ces phrases commencent toutes par “Moi, je” avec des petites variantes des fois “Perso, je”. Il a 350 photos de profil de lui dans son facebook, prises par lui même dans sa salle de bains, les sourcils froncés, l’air de dire “jsuis trop beau gosse comme ça!” et bien sur il like tous ses statuts/commentaires/liens/photos pour bien montrer qu’il aime ce qu’il fait…
    L’horreur quoi!

    Le radin aussi est à fuir tout autant.

    Par contre, le jmen-foutiste me plait bien , ce côté pas prise de tête et naturel, je trouve ça détente et mignon …

Leave a Response

Chargement...