Le taux de mortalité en chirurgie néonatale avoisine les 60%


>>> Nouvelle discussion <<<

Ce sujet a 1 réponse, 1 participant et a été mis à jour par Anonyme, 23 h 11 min, 16 mars.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #5897
    Admin

    Dziriya

    Selon des praticiens : Le taux de mortalité en chirurgie néonatale avoisine les 60%

    Par : EL MOUDJAHID Le : mercredi 14 mars 2007

    Le taux de mortalité en chirurgie néonatale avoisine les 60%, soit un nouveau-né sur deux décède à la naissance en raison des malformations congénitales, ont affirmé des chirurgiens pédiatres au 23e Congrès national de chirurgie pédiatrique ouvert hier.

    Un tiers des nouveau-nés n’est pas pesés à la naissance, autant d’accouchements se font à domicile et 60% des nouveau-nés meurent d’atrésie de l’œsophage (rétrécissement de l’œsophage), ont ils relevé, précisant que l’environnement médical est “obsolète” dans la plupart des secteurs sanitaires. “Il faut tirer la sonnette d’alarme et engager sérieusement une réflexion approfondie pour remédier à cette situation”, a déclaré le professeur Nacer Eddine Djidjeli, président de la Société algérienne de chirurgie pédiatrique, organisatrice de la rencontre.
    Qualifiant ces chiffres “d’inacceptables”, le prof Djidjeli, chef de service de chirurgie pédiatrique à l’hôpital de Belfort (El Harrach), a insisté sur l’impératif d’une collaboration multidisciplinaire pour assurer une prise en charge efficiente. “Cette situation ne peut être réglée qu’avec la coopération de tout un chacun, notamment du néonatologiste, de l’obstétricien, du pédiatre, du chirurgien pédiatrique, et des paramédicaux), a-t-il indiqué.
    Il a en outre mis l’accent sur l’importance du diagnostic anténatal qui doit être impérativement fait dès le deuxième trimestre de la grossesse pour déceler toute malformation du f£tus.
    Un diagnostic fait en temps opportun, les spécialistes arrivent à déceler jusqu’à 60% des malformations avant la naissance, a-t-il soutenu. “Il faut détecter très tôt pendant la grossesse les malformations pour éviter au nouveau né des handicaps à vie”, a-t-il ajouté.
    Dans la pratique, les médecins relèvent que seulement 1/3 des échographies sont faites au 2e trimestre alors que 2/3 sont faites après le 3e trimestre. Pour d’autres praticiens, les malformations sont une cause majeur de handicap et leur étiologie est mal connue.
    La prévention primaire est très limitée en Algérie et nécessite un dépistage systématique des populations à risque (femme de plus de 35 ans, antécédents familiaux).
    “Il faut préparer les parents à affronter la nouvelle, et préparer l’accueil du nouveau-né pour le confier au spécialiste”, ont-ils plaidé. Les malformations neurologiques viennent en tête avec un taux de 88%, suivies des malformations digestives (80), urologiques (67%) et cardiaques (45%).
    Pour le professeur Salem Azzedine, chef de service à l’hôpital Parnet, “les mentalités doivent changer et obliger par exemple le réanimateur pédiatre à prendre en charge le nouveau-né”. “En cas de problème, le réanimateur pédiatre se désengage de sa responsabilité et envoie le nouveau-né au chirurgien-pédiatrique, or ce dernier est chargé de l’acte chirurgical et non pas de la réanimation”, a-t-il expliqué. En néonatologie, selon le professeur, “l’urgance ne se pose pas en chirurgie mais en réanimation”.

    #27763

    Anonyme

    Oui c’est malheureux, maintenant celles qui ont les moyens peuvent se permettre d’aller accoucher dans de bonnes cliniques privées bien équipées et faite selon les norme(hygiène, équipement, médicament, couveuses…)
    mais bon je trouve que ceci ne règle pas le problème pour tout le monde malheureusement!
    Espèrant que la situation s’arrangera dans nos hopitaux publiques inchallah!!


2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)

Vous devez être connecté pour répondre à ce topic : Connectez-vous