Tendances culinaires

Ghardaïa : Le temps des vendanges

vendange gardaia

La campagne de vendange du raisin de table bat son plein dans les vignobles des régions de Hassi-Lefhal, Metlili et El-Menea, au Sud de la wilaya.

Les vignerons ont commencé à vendanger depuis mi-juin dans ces nouveaux vignobles estimés, selon les services de la direction des services agricoles (DSA) de la wilaya, à quelque 220 hectares, dont 107 productifs. Une dizaine d’exploitants, «pionniers» de la viticulture dans la région, ont planté des ceps de différentes variétés notamment «Cardinal, Sabelle, le gros noir et rouge», qu’ils avaient fait venir du nord du pays pour la production de raisin de table précoce.
Cette filière agricole dans la région sud de la wilaya a été favorisée depuis l’an 2000 par plusieurs facteurs, notamment le lancement du Plan national de développement agricole (PNDA), les conditions climatiques et l’existence d’un potentiel hydrique important, a expliqué un technicien de la DSA.
Une production de 20 000 quintaux de raisin de table précoce (deux mois avant les vendanges du Nord) est attendue pour cette campagne de vendange 2010 dans la wilaya de Ghardaïa, ont estimé les services de la DSA.
L’année précédente, la production du raisin de table a atteint 19 000 quintaux dans la wilaya, dont une partie a été exportée comme raisin de table «Bio» vers l’Europe, ont signalé les responsables de la DSA. «De par le climat, l’eau et le type de sol, les régions de Hassi-Lefhal et El-Menea se prêtent à la culture de la vigne et donnent de grandes grappes dépassant souvent les poids de deux kilogrammes», a souligné ami Hadj Bahaz, un exploitant agricole de plus de 300 hectares, dont 24 de vignobles.
«Tout pousse sur cette terre irriguée par une eau minérale extraite des entrailles du sol», a-t-il expliqué, en signalant que «le seul problème que l’on rencontre est la main d’œuvre qui se raréfie». «On peut résoudre le problème du chômage par l’agriculture», a-t-il conseillé, suggérant, par ailleurs, la création de centres de formation spécialisés en agriculture pour les jeunes et les stimuler pour le travail de la terre.
Ami Hadj Bahaz qui a dit avoir entamé la culture de la vigne en 2004 se réjouit des «bons résultats» obtenus grâce au labeur et représentés par «près de 300 kg/ha de raisin précoce, sans engrais ni pesticides chimiques. Une production bio», a-t-il affirmé.
Son exploitation agricole est devenue un exemple dans la région, incitant de nombreux exploitants à développer l’arboriculture et le vignoble le long de la RN-1, de Hassi-Lefhal à El-Menea.

APS

Répondre