Culture

Khalida Toumi à Tlemcen : Le costume traditionnel algérien symbolise l’unité de l’identité du peuple algérien

Le costume traditionnel algérien symbolise l’unité de l’identité du peuple algérien, a souligné la ministre de la Culture, Mme Khalida Toumi.

Inaugurant hier le Centre d’interprétation du costume traditionnel national au site historique de «El Mechouar» à Tlemcen, la ministre a déclaré à l’APS que l’idée de création de cet espace muséographique a germé depuis 2011, après que l’UNESCO ait classé, sur proposition du Gouvernement algérien par le biais du ministère de la Culture, l’habit nuptial tlemcénien connu sous le nom de «Chedda» comme patrimoine mondial. Mme Khalida Toumi a indiqué, par ailleurs, que des chercheurs algériens ont découvert en étudiant la «Chedda tlemcénienne» qu’elle «constitue la résultante de tous les costumes traditionnels des autres régions du pays ayant en commun différents accessoires comme la «fota» qu’on trouve dans les costumes kabyles et autres, ce qui démontre si bien l’unité de l’identité du peuple algériené. Cet espace muséographique à vocation didactique, unique en Afrique et dans le monde arabe a pour mission la valorisation de la culture matérielle et immatérielle liée au costume et à la parure algériens sous toutes ses formes.
Son corpus se compose d’une sélection de quarante costumes traditionnels produits par des artisans algériens de diverses régions du pays. Il s’articule autour de trois espaces principaux que sont la grande galerie du costume algérien, l’espace «lebset el arftan» (caftan) et enfin l’espace «blousa». Accompagnée d’une forte délégation notamment de responsables de Constantine, future «capitale de la culture arabe 2015», la ministre a également inauguré deux bibliothèques de lecture publique dans la commune de Beni Bahdel et dans la localité de Ain Ghraba. Mme Khalida Toumi a indiqué que la délégation constantinoise conduite par le wali, M. Hocine Ouadah est présente à Tlemcen pour voir sur le terrain les infrastructures réalisées en 2011 lors de la consécration de Tlemcen «capitale de la culture islamique» et bénéficier de son capital expérience dans l’organisation de ce genre de grandes manifestations, comme avait profité Tlemcen de l’expérience d’Alger consacrée en 2007 «capitale de la culture arabe».

El Moudjahid

Répondre