Bienvenue
Voyages

La corniche jijeloise, un joyau à l’état pur

A l’approche de l’été, il nous est apparu intéressant de parler de la côte. Nous avons tenu à vous faire découvrir la corniche jileloise qui est unique en son genre. A 400 km d’Alger, serpente une magnifique corniche : “Entre la mer, la montagne, les gorges, l’histoire de cette région, dans la wilaya de Jijel, est forcément façonnée par la géographie. Coincée entre les villes de Jijel à l’est et de Bejaïa à l’ouest, la population vit à son propre rythme, derrière les murs naturels que forment les massifs montagneux qui tombent dans la Méditerranée, comme abandonnée du monde, loin de ses voisins citadins.

Quand on arrive d’Alger par la route, dès que l’on quitte Souk el Tenine, on pénètre dans cet univers magique dont la beauté est un perpétuel étonnement, une ivresse des sens. On l’appelle la Corniche Jijelienne. Elle commence comme un serpent de pierre d’environ 9 kilomètres, creusée dans la roche, rouge, jaune, trouée de carrières, habitée de chênes, d’oliviers qui penchent dangereusement vers la mer, tantôt sombre comme une caverne, tantôt lumineuse quand le soleil caresse langoureusement. C’est un endroit magique…
Extrait : Histoire et Patrimoine : Algérie.

Jijel la secrète, Jijel la merveilleuse. Jijel a une histoire paisible, sans doute en raison de son enclavement géographique, il est toujours difficile d’y accéder mais le cadre est féerique. La corniche s’étend de El-Aouana jusqu’à Souk-El-Tenine dans la Wilaya de Béjaia. Ses plages aux sables de multiples couleurs sont toutes naturellement belles : on retrouve la plage rouge, la plage noire au sable couleur ciment tout près des Grottes Merveilleuses ou encore des plages au sable fin.

Appelée Igilgili du temps des romains puis Djidjelli, cette cité se situe à environ 400 km de la capitale Alger vers l’est sur le littoral entre Béjaïa à l’ouest et Skikda à l’est. Elle se caractérise par son littoral de 120 km, sa corniche, ses belles montagnes ainsi que sa richesse culturelles et touristiques. On y trouve vers l’est, une longue plage de prés de 60 km, jusqu’au cap Bougaroun et à l’ouest de nombreuses petites plages bordées de rochers, puis la corniche qui rejoint Béjaïa, tant de sites remarquables qui en font une région très belle et très pittoresque. La route, toutes en boucles et en tunnels, suit la mer et offre de très beaux panoramas sur cette côte rocheuse coupée ça et là de criques de sable. Très sauvage et généralement élevée, cette partie de la côte est adossée au massif de l’Edough dont les vastes forêts de chêne-liège descendent jusqu’au rivage. On accède à certaines plages isolées par des sentiers forestiers très pittoresques. Les montagnes occupent 82% de la superficie totale et peuvent s’élever jusqu’à 1 800m. La saison de pluie dure environ 6 mois.

Simon Vassilevitch Petlioura, plaidant pour l’indépendance de l’Ukraine au début du XXe siècle, disait :

 

“Je n’ai jamais plus rencontré une pureté aussi profonde dans les contrastes violents qui subjuguaient. L’Algérie pourrait affirmer : jamais il ne s’offre au promeneur une telle juxtaposition de couleurs aussi vives, aussi prenantes pour le regard qu’en certains coins de rivages, entre Alger et Annaba. Le ciel est d’un azur tendre et pourtant très soutenu. Le rouge de la terre et des roches atteint le surnaturel. Et le vert des pins est plus vif que partout ailleurs. L’intensité du contraste de couleurs aussi affirmées pourrait friser l’artificiel. Mais l’enchantement de la vaste frange du bleu très profond de la Méditerranée offre une définitive harmonie à ce paysage de rêve.”

Leave a Response

Chargement...
Aller à la barre d’outils