Accessoires

La signature Ikone Paris

Emma Meston est à la tête d’une entreprise Ikone Paris spécialisée dans la fabrication de bijoux de luxe. Nous l’avons rencontré lors de l’Oriental Fashion Show de Paris en novembre dernier où elle avait accessoirisé les caftans d’Albert Oiknine avec des bijoux de tête très élégants. La rédaction de Dziriya.net l’a interviewé. Elle nous parle de son travail, de ses inspirations et de ses projets. Rencontre …

Dziriya.net : Racontez-nous la naissance d’Ikone Paris.
Emma Meston : L’aventure démarre en 2002 ! Toute jeune, j’aimais fabriquer des bijoux que je vendais par l’intermédiaire de ventes privées. Lors d’une de ces ventes, j’ai rencontré une personne qui m’a présenté l’assistante du couturier Christian Lacroix. Je me suis présentée avec quelques échantillons de mes créations ajustables à ses vêtements. La collaboration s’est faite immédiatement puisque quelques semaines plus tard, je participais à la réalisation des pièces qui ont été présentées à sa collection haute couture. D’ailleurs une de ces robes a été exposée au Musée des arts décoratifs de Paris, elle a même été portée par Madonna. À cette époque je n’avais même pas encore créé ma société.
C’est à ce moment-là que je décide de me professionnaliser en m’associant à une ancienne collègue de travail qui s’occupe des tâches administratives et commerciales.

Parlez-nous de votre participation à l’Oriental Fashion Show

C’est ma deuxième participation à ce show, lors de l’édition de 2010 j’ai accessoirisé de nombreux caftans. C’est grâce à une amie photographe Alexandra Badonneau que j’ai rencontré Hind Joudar (la responsable de l’Oriental Fashion Show). Cette collaboration m’a immédiatement intéressée car je m’inscris naturellement dans ce type d’événement. Mon travail est influencé par des peintures orientalistes et la plupart de mes clientes viennent de ces pays (Moyen orient, Maghreb…).

Un mot sur vos créations : comment travaillez-vous, quels matériaux utilisez-vous ?

Je travaille avec une sorte de dentelle de métal (j’utilise soit du cuivre étamé, de l’argent ou soit de l’or en bobine) qui sert de support à mes créations. C’est moi-même qui aie inventé ce procédé que j’ai appelé “emmaillage”. J’y incruste ensuite spontanément tout ce qui compose ma palette de couleurs et de volumes comme si j’allais peindre un tableau. Je ne sais pas à l’avance ce que je vais créer. Je travaille le tout à la main et tous mes bijoux sont uniques. D’ailleurs, pour la petite histoire, j’ai toujours du mal à réaliser une paire de boucles d’oreilles !

Et vos sources d’inspirations ?

Comme tous les artistes, tout m’inspire. Je peux m’inspirer d’une matière, d’un tableau, d’une peinture, d’une thématique afin d’offrir une collection cohérente. Je m’inspire aussi de certains créateurs mais je n’ai pas de sources propres, je suis libre dans mon art. La seule chose qui pourrait me restreindre dans la liberté de mes créations serait peut-être les requêtes d’une cliente qui va imposer certaines choses. Je me dois de l’écouter afin de lui offrir une pièce qui lui ira parfaitement. Je fais du sur-mesure surtout pour les mariages. La plus grande reconnaissance pour moi est lorsqu’une cliente ne sait pas à quoi s’attendre et qu’elle me dit que c’est encore plus beau que ce qu’elle avait imaginé. C’est une reconnaissance immense !

À propos de votre nouvelle collection ?

Pour cette nouvelle collection, j’ai décidé de faire une thématique sur les années folles, j’ai voulu rendre hommage à ma grand-mère paternelle qui elle était styliste modiste. J’avais envie d’être dans une gamme de géométrie et de mélanger des métaux argent, or, métal…

Que souhaitez-vous transmettre à travers vos créations ?

J’essaye avant tout de transmettre la valeur du travail. Mes créations demandent un travail artisanal méticuleux, cela prend beaucoup de temps à faire. Je fais un travail laborieux mais qui sert une passion. Aujourd’hui on est dans la vente de choses industrielles. C’est tellement difficile de faire comprendre aux gens le travail du luxe, c’est pour ça que je ne travaille que dans le luxe.

Vos projets ?

L’un de mes projets est de personnaliser des abayas pour le territoire d’Oman. Je vais travailler en étroite collaboration avec des brodeuses.

Dziriya.net – 15/10/13
Crédit photo : Lucrecia Laurel (Agence Skiss)

Répondre