Couple

Le meilleur de l’amour

le meilleur de l-amour

On est toutes à la recherche de l’amour avec un grand A ! Celui qui nous fera vibrer, qui nous comblera de cette sensation de plénitude émotionnelle et qui nous donnera la certitude qu’on a enfin trouvé l’homme de notre vie… Mais êtes-vous apte à comprendre l’amour ? La réalité peut-elle dépasser le fantasme ? Dziriya magazine s’est penché sur la question et a décidé d’analyser l’essence même de l’amour.

En français, et même en arabe, il existe une seule façon de nommer ce sentiment. Mais les grecs ont compris qu’il n’y avait pas qu’une seule manière de désigner l’amour. Il existe deux noms grecs bien distincts pour définir l’amour : L’Eros et Agape.

L’Eros est l’amour passionnel, charnel, celui qui fait « vibrer » mais qui reste, la plupart du temps, éphémère, fragile voir destructeur. Selon d’éminents scientifiques, l’amour « Eros » est un processus chimique de courte durée. L’éros, déclenché par la dopamine mobilise notre énergie et court-circuite notre cerveau.

Les personnes qui recherchent l’eros sont souvent à la recherche de sensations fortes et vivent dans l’illusion. Parmi ces personnes, beaucoup ne sont pas prêts à construire une vraie relation. Quelqu’un qui s’investit dans ce genre d’amour idéalise complètement la personne et projette en elle son fantasme de l’être idéal sans pouvoir imaginer qu’il ne connaît pas vraiment cette personne. Notre ère individualiste favorise ce genre d’amour passionné où la raison n’a plus sa place.

L’amour passionnel, proche de l’envoûtement, nous empêche de connaître une personne en profondeur. Souvent, l’amoureux ne cherche même pas à connaître la personne de peur de déchanter et de se rendre compte que, finalement, elle ne colle pas à l’idéal qu’il en avait.

Autant l’eros apporte des sensations fortes mais celles-ci s’accompagnent très souvent de sentiments négatifs déstabilisants tout aussi forts : peur de la perte, mal-être, dépendance, sensation de vide… Les couples basés uniquement sur l’eros ne durent que s’ils ont suffisamment de maturité pour faire évoluer la relation. Mais si un des deux partenaires cherchait à combler un manque, la relation ne pourra qu’en pâtir.

En effet, la quête de l’amour révèle souvent des peurs, des failles que la personne qui en souffre cherche à combler. Plus ces peurs seront importantes, plus la personne placera cette quête de l’état amoureux avant son propre bonheur.

Le second terme Agape est le véritable amour. L’amour constructif qui naît doucement mais sûrement. Cet amour est plus serein.

Dans un amour de type « Agapè », on a cette sensation de bonheur, de complicité sans pour autant être addict à son partenaire. Cet amour nous laisse respirer et n’est pas invasif. L’agape est un amour inconditionnel, désintéressé et fidèle à la personne qu’on aime pour ce qu’elle est vraiment. Les couples qui auront pris le temps de se connaître ont plus de chance d’atteindre cet état amoureux. Cela ne les empêchera pas de vivre des sensations de l’eros. Rien ne reste figé !

Pour conclure, nous pouvons dire que l’amour Agapè est plus profond mais pas forcément plus fort. Il est impossible de quantifier le degrés d’amour, le plus important est le fait de se sentir bien dans la relation et d’avoir envie de la vivre et d’être heureux.

Crédit photo : gitusik

Leave a Response

Chargement...
Aller à la barre d’outils