Bienvenue
Haute couture

Les karakous de Rym Menaïfi font sensation à Marrakech pour l’Oriental Fashion Show 2017

Rym Menaifi-menouba-oriental fashion show 2017 marrakech

L’allure Menouba en trois mots : féminine, sculpturale, traditionnelle… Rym Wided Menaifi, la fondatrice et styliste de la célèbre maison de couture Menouba, a pu présenter sa dernière collection à l’Oriental Fashion Show Marrakech 2017. Cet événement qui se déroule traditionnellement à Paris a choisi de faire escale, pour la toute première fois, à Marrakech, ville dont Yves Saint Laurent est tombé en amour.

La styliste compte déjà plusieurs participations à cet événement. Cette saison, elle a choisi de dédier sa collection, qui présente des pièces de la collection Cirta Julia, à Yves Saint Laurent.

Rym s’inspire de l’histoire de son pays mais surtout de Constantine, sa ville d’origine connue pour la délicatesse de ses broderies. Même si elle utilise des techniques traditionnelles, elle refuse de parler de « Couture traditionnelle » car, dit-elle,

« le terme traditionnel pourrait renvoyer à quelque chose de simple et d’archaïque, tandis qu’il s’agit de techniques de broderies, de tissage… très élaborées ».

Les tenues traditionnelles signées Menouba sont revisitées d’une patte contemporaine : l’opulence des broderies en 3D est domptée par la modernité des lignes. Les créations Menouba sont toujours sophistiquées puisque la styliste intègre avec singularité les techniques traditionnelles dans des confections contemporaines. Couleurs vives, étoffes variées, pierres précieuses insérées dans les broderies, broderies somptueuses et diversifiés … malgré la variété de son travail, son ADN mode se reconnaît entre mille. Rym est une perfectionniste avec un aplomb rare. Imaginez-vous avec un doctorat en médecine fraîchement obtenu et qu’une petite voix se met à grandir chaque jour en vous pour vous pousser à tout plaquer et faire de votre passion initiale votre métier. L’auriez-vous fait ? Et bien Rym l’a fait et il en faut du courage pour tout recommencer la vingtaine bien entamée avec un background universitaire complètement éreintant. On mesure aujourd’hui les intuitions de la créatrice et on peut dire qu’elle a bien fait de répondre à l’appel de sa passion transmise par une certaine Menouba. Menouba n’est autre que sa grand-mère constantinoise  qui lui a communiqué sa passion pour la mode algérienne ô combien riche et diversifiée.

Elle tenait à être présente à Marrakech pour rendre un hommage appuyé à Yves Saint Laurent, un grand homme de la mode qui s’est énormément inspiré du patrimoine maghrébin. Sa collection est tout simplement époustouflante de beauté. Les vestes karakous richement brodées adoptent différentes formes, tantôt très courtes, rappelant l’habit de lumières, le costume des toreros, tantôt près du corps ou encore plus larges. La palette de couleurs provoque un contraste fort entre lumière et profondeur. Les robes asymétriques (courtes devant et longues derrières) apportent de la modernité et du dynamisme au karakou qui s’associe également avec un pantalon carotte ou un sarouel chelka. Les bijoux traditionnels et millénaires rendent hommage à la féminité qui y est exulté. En somme, « un concentré de ce que la mode algérienne a de plus beau ». On aime l’univers intensément algérien de Rym qui fera certainement écho à toutes les femmes algériennes modernes.

 

2 commentaires

Leave a Response

Chargement...
Aller à la barre d’outils