Chroniques

Les tumultes d’une jeunesse algérienne (7ème partie)

Akram : Cela fait un mois que j’ai laissé tomber toutes sortes de projets, je préfère avoir à faire à la routine plutôt que de me mettre les doigts dans les yeux encore une fois ; alors c’est partie pour une journée à laver des assiettes, des verres et des couverts tout en essayant de laver ma déception, 7h plus tard j’accrochais mon tablier qui fut un temps, était blancs ; je suis passer par Selim pour avoir un maigre revenu de quoi tenir quelques semaines et payer la connexion internet sans demander l’aumône à mes vieux parents.

J’ai finit par rentrer chez moi, me promenant dans la rue avec ma vieille musique dans les oreilles, perdu dans mes pensés, je n’ai pas prêté attention, aux deux lascars qui suivait mes pas avec grande discrétion, à quelques mètres du quartier j’ai ressentit un coup de poing droit dans le ventre, et le son de la musique s’arraché à mes oreilles avec mon téléphone portable, le seul son que je parvenais à entendre tout accroupis essayant de calmer la douleur, était celui des pas accélérer des mes lâches assaillants .

Je ne sais pas comment j’ai finit par rentrer à la maison et me terrer dans mon lit jusqu’au lendemain matin, j’ai été réveil pour le bruit des enfants du voisinage faisant tout un raffut pour aller à l’école, il était… Quelle heure est-il au juste ? Je n’ai plus de téléphone, j’ai dû me lever, j’ai pris mon petit déjeuner il était 8h passé, j’ai pris la petite somme d’argent de la veille dont j’ai eu la bonne idée de la mettre à l’abri dans la poche interne de mon blouson, j’ai finit par me payer un mois de connexion internet.

Je suis rentré à la maison il était encore tôt pour aller au travail, je me suis attelé devant mon ordinateur, cela fait quelques temps que je me suis pas connecté : connexion interrompue car non payée…Bref avant de me vider la tête sur une bonne partie de Word Of Warcraft, j’ai voulu d’abord jeter un coup d’œil sur mon facebook histoire de voir ou va le monde ; Grosse surprise !

Un drôle de message envoyé par cet étrange Aymen, qui d’après lui c’était Sylia, j’ai été attaqué par un immense fou-rire, puis j’ai voulu jouer le jeu, j’ai répondu par un message dans le même ton que celui que j’ai reçu, je l’ai envoyé en sifflotant un air de Korn, Word Up plus exactement ça tombait à pique avec la situation, vous savez la chanson avec ces paroles « We don’t have the time for psychological romance No romance, no romance, no romance for me mamma (On a pas le temps pour une romance psychologique, pas de romance, pas de romance, pas de romance pour moi maman) » en me balançant dans ma chaise et tout à coup je me suis arrêté net avant de tombé la tête la première et dieu que ça faisait mal ! Le choc après que l’idée m’est passé par la tête était à en faire trembler un titan : « ET SI C’ETAIT REELEMENT SYLIA ??? ».

J’ai essayé de rectifier le tire au péril de ma vie avec un message du genre « Sérieux, t’es qui ? » ; j’ai tout de suite regretté de m’être connecté, en plus le message m’a été envoyé le 1er janvier, y’a pas mal de temps déjà, c’est peut être un canular qui sait…

Je suis allé au travail, rien de nouveau, toujours la même routine, les mêmes assiettes, les mêmes personnes, bref la même journée qui se répète, sauf que cette fois ci, j’avais hâte de rentrer histoire de vérifier ma messagerie, tout au fond de moi j’ai eu l’égo flatté à l’idée que ça soit réellement Sylia.

J’ai vite rangé mon tablier, j’ai enfilé ma veste à la vitesse de superman (bon un peu plus lent que ça, c’est l’effet Sylia qui parle !) et je suis vite sorti, avec un pas vif direction home sweet home !

Dix minutes plus tard j’ai finit par remarquer que y’a vais des pas régulier derrière moi depuis que je suis sortit de chez Selim, j’ai accéléré la cadence histoire de voir si je me faisais des films ; Ho zut ce n’est pas un film ! On m’a pris en filature !!! Mais c’est quoi ces histoires fichez moi la paix je ne suis qu’un pauvre bougre de plongeur dans un fast food miteux avec de fausses assiettes chinoises achetez au rabais au marché d’el Djorf… mais pourquoi j’ai ces idées en tête alors que je devrais me concentrer à courir ?!

J’ai sprinté comme un somalien, je n’arrive même plus à retenir la détente de mes jambes, il faisait nuit, mais il y’avait quand même des voitures qui passaient dans les ruelles ou je courais comme un malade, jusqu’à ce que j’en sois percuté par une, j’ai roulé sur moi-même sur le capot de la voiture, puis sur le bitume, tout sonné j’arrivais à peine à me relever quand j’aperçus une gueule que j’avais déjà vu et qui foncé sur moi en me tirant par le coude et me fourrant dans le siège arrière de la voiture qui m’avait renversé, mais oui c’ était le lascars d’hier celui qui m’avait faucher mon téléphone !

Mais attendez une minute ! Je me fais enlever là !

Tsorun – 11/04/16

Leave a Response

Chargement...
Aller à la barre d’outils