Chroniques

Perte de poids : Prise de tête ?

perte de poids prise de tete

Alors que l’hiver a tiré sa révérence, le printemps est là pour nous annoncer qu’il est grand temps de songer davantage à notre physique qu’à notre moral, finie la dépression saisonnière qui nous a servi d’alibi pour consommer du gras et du sucré pendant les mois gris et froids des 2 saisons précédentes.

Pas moyen d’y échapper, tous les médias sont en sur-régime et se font concurrence pour nous rappeler que le but à atteindre est la minceur avant l’été, en d’autres termes : rentrer dans son maillot de bain !

Pourtant je connais plus d’une dziriyate qui a dans son armoire un maillot de bain de grossesse, un bikini d’adolescente californienne et un simili de combinaison de plongée détournée pour sa capacité à camoufler la peau d’orange ! Du coup, il va falloir décider de quel maillot il s’agit, bien vite nous revenons à la réalité déprimante qui se dessine dans notre miroir : l’été sera chaud, la grossesse n’est pas au rendez-vous et les pages mode des magazines nous donnent le ton pour les modèles en vogue cet été. Verdict : il va falloir mincir et bronzer, gommer les peaux mortes, faire peau neuve et envoyer la cellulite ailleurs que sous notre ceinture.

Au lieu de flâner dans les parcs pour profiter des rayons de soleil réconfortants et de profiter des arbres en fleurs pour nous remonter le moral, il va falloir se sacrifier et faire preuve de discipline.

Entre le régime alimentaire draconien, les crèmes amincissantes, les tisanes diurétiques et les gélules à effet placebo et composition douteuse, nous avons un planning serré auquel vont s’ajouter les séances de gym intense, les longueurs à la piscine et les 3 étages en oubliant que l’invention de l’ascenseur précède largement notre naissance !

Oh monde cruel ! Dire qu’il y a des dziriyates bénies des cellules qui n’ont aucun complexe adipeux, c’est tout juste si elles n’ont pas le bronzage inné, elles n’ont pas à se soucier de l’échéance qui approche à grands coups de budget surélevé !

Pour nous autres, le rêve de ressembler en quelques semaines à une sylphide sortie d’un des songes de Sinbad a un coût exorbitant !
Le pire c’est que comme nous ne nous exposons presque pas au soleil printanier, nous restons pâles comme des photos en noir et blanc jaunies par le temps ; ce qui ajoute un autre défi : bronzer ou en tout cas en avoir l’air ! Le choix n’est pas vaste, entre les séances d’UV en cabine et les crèmes auto-bronzantes, nous finirons de toutes façons par ressembler à une sirène octogénaire échouée dans un pot de crème caramel : du beau gâchis !

Évidemment, si les magazines nous rappelaient à l’ordre plus tôt, par exemple dès la fin de l’été, nous aurions été plus vigilantes et nous aurions fait une cure de vitamines associée à des séances de gym pendant la saison froide. Hélas, les thèmes et les modes sont cycliques et ce n’est pas à la rentrée des classes que nous pensons à des séances de palper-rouler hors de prix, nous préférons nous offrir une tenue seyante et à la mode même avec une taille au dessus, après tout, l’automne et l’hiver aussi ont leurs exigences et notre instinct animal nous fait vivre avec les saisons.

C’est donc parti pour le parcours éreintant de la quête du corps parfait, pas question de penser aux fruits de saison et aux glaces merveilleuses qui ponctueront notre été, il faut d’abord savoir les mériter ces petits plaisirs colorés, parce que si on brûle les étapes, les calories restent !

Myriama

Répondre