Abandonné par ses parents, les gendarmes dévoilent l’affaire du bébé de 5 mois

La section de recherches de la Gendarmerie de Blida vient de dévoiler une importante affaire suite à la découverte d’un bébé de 5 mois, le 28 octobre passé, abandonné dans un Oued, près de Cheffa, où les vrais auteurs, au nombre de trois, parmi eux la maman de l’enfant ont été identifiés ce qui a permis l’arrestation de deux individus, B.M et H.A, tandis que les recherches se poursuivent pour arrêter la maman, la nommée K.H.

L’affaire remonte au 28 octobre passé, à partir d’un appel téléphonique reçu, vers 17h40, par la salle des opérations de la Gendarmerie de Cheffa, à Blida, faisant état de la découverte d’un bébé de 5 mois abandonné dans un Oued près du lieudit Nazl El Kalaâ), sis à Cheffa, pas loin de la R N 01, reliant Blida à Médéa.

Partant de cette importante information, une patrouille de la Gendarmerie d’El Affroun appuyée par deux unités de la SSI (Section de Sécurité et d’Intervention) d’Ain Remana et de Blida ont été mobilisées pour se rendre sur les lieux.

En arrivant sur place, les recherches lancées par les gendarmes ont permis de localiser le bébé abandonné à 15 m de l’oued, alors qu’à 4 m de lui, les gendarmes ont découvert aussi une poussette de couleur bleue, utilisée dans le transport du bambin et deux valises . Par la suite, le bébé a été remis, par les gendarmes, au service de la Protection civile de Cheffa.

L’investigation menée par les gendarmes a permis, dans un premier temps, de savoir que le bébé a été jeté depuis le sommet de la route jusqu’au dessus de l’oued, mais en dégringolant depuis le sommet de la route le bébé a eu la vie sauve grâce aux branches d’arbres. Aucune blessure grave ni même des traces de sang ; le bébé est un miraculé, cela grâce à Dieu. Mais à qui appartient ce bébé ?

Il était difficile d’arriver à identifier ses parents ou dans un moindre degré ses proches, c’est la raison pour laquelle, le commandant de la Gendarmerie de Blida a été contraint de faire appel aux médias afin d’organiser un point de presse, le 29 octobre passé, sur cette affaire et lancer, par la même occasion, des photos du bébé pour que ses parents ou ses proches se présentent aux gendarmes.

Des appels ont été lancés aux citoyens afin que certains d’entre eux arrivent peut-être à reconnaître le bébé. En vain, toutes les tentatives des gendarmes n’ont rien donné. Il ne restait plus, pour les gendarmes, que d’entamer une investigation profonde afin d’élucider une affaire aussi compliquée.


LE GRAND TRAVAIL DE LA SECTION DE RECHERCHE

La « mission » sera confiée aux spécialistes. La section de recherche. L’ultime recours pour ce genre d’affaires. Face à la complexité de cette affaire, le commandant de la Gendarmerie nationale a ordonné aux enquêteurs de la Section de Recherche de creuser cette affaire afin de faire toute la lumière sur les auteurs ayant jeté et abandonné le bébé dans l’oued.

Mission difficile, certes, mais pour les enquêteurs de la SR tout est possible, d’autant que de nombreuses affaires plus compliquées avaient été élucidées auparavant.

Au bout quelques jours, les enquêteurs ont pu identifier l’un des auteurs qui n’est autre que la maman du bébé, la nommée K.H. A partir de cette identification, les gendarmes ont pu, également, identifier l’un de ses amis complice dans cette affaire, le nommé H.T.

Ce dernier a été interrogé par les gendarmes et grâce à sa coopération, ils ont pu localiser le lieu de résidence de K.H (la maman du bébé). Poursuivant leur enquête, les gendarmes ont réussi à avoir le nom et le lieu de résidence de la famille de K.H.

En se déplaçant vers la maison de sa famille, cette dernière a très vite reconnu, devant les gendarmes, le bébé qui, effectivement appartient à leu fille K.H. Selon les propos de sa famille, K.H s’est présentée chez eux le 7 octobre passé afin de solliciter leur aide, en leur proposant de laisser, pendant quelques jours, son bébé chez eux, le temps pour elle et son époux de trouver une solution face à leur problème, car ils étaient sous la menace d’expulsion de leur domicile, après que le locataire leur ait donné un ultimatum pour évacuer la maison.

La famille de K.H a fini par accepter d’aider leu fille en gardant le 7 octobre passé le bébé chez eux. Le 28 octobre dernier, la maman de l’enfant s’est présentée au domicile parental pour récupérer son bébé. Deux jours après, sa famille qui avait accueilli le bébé a entendu parler de la découverte d’un enfant de 5 mois abandonné aux alentours de Cheffa.

Le doute s’est emparé des parents de K.H alors ils ont contacté le 30 octobre K.H pour confirmer si son enfant se trouvait avec elle ou pas. Pour cacher l’affaire et éloigner le doute de sa famille, K.H leur a répondu que son bébé se trouvait bien, qu’il était atteint d’une grippe et qu’elle a emmené son bambin chez un médecin et que tout va bien.

Le lendemain, les parents de K.H avaient rappelé leur fille mais son téléphone était fermé pendant toute la journée. Poursuivant leur enquête, les gendarmes se sont déplacés vers l’hôpital Hassiba Ben Bouali de Blida. Ici, ils vont découvrir le dossier du bébé, le nommé K.A, né le 18 juillet 2012 et la maman aux initiales K.H, âgée de 35 ans, que sa sa mère avait abandonné provisoirement à l’hôpital le 19 juillet 2012, soit un jour après sa naissance.

Toujours en date du 19 juillet passé, le bébé a été livré par les responsables de l’hôpital à la direction de l’action sociale (DSA) de Blida, pour s’occuper de lui pendant près de trois mois. Le 7 octobre passé, la maman du bébé, K.H, s’est présentée devant la DSA de Blida pour récupérer son enfant, pour lequel elle avait signé un document de réception.


LE BÉBÉ A ÉTÉ ABANDONNÉ PAR DEUX HOMMES

Exploitant les appels téléphoniques de K.H effectués à partir de son téléphone mobile, les enquêteurs ont pu localiser B.M, son complice. Le 15 novembre dernier, une souricière lui a été tendue par les gendarmes durant laquelle B.M a été arrêté au niveau de la station des voyageurs de Blida.

En l’interrogeant sur sa relation avec K.H et sur sa complicité dans cette affaire, B.M a commencé à niér toute relation avec K.H, avant de finir de tout avouer aux gendarmes. «Elle m’a appelé pour me dire qu’elle était enceinte de moi, puis elle m’a appelé une deuxième fois pour m’annoncer qu’elle a accouché un bébé de moi et moi j’ai nié tout cela.

Puis, un autre jour, elle m’a encore appelé pour me fixer un rendez-vous devant de la station des voyageurs de Blida», a expliqué B.M aux gendarmes. En ajoutant, «je me suis déplacé, comme cela a été convenu, à la station des bus, avec un ami répondant aux initiales de H.A, à bord de son véhicule. En arrivant sur place, j’ai rencontré K.H qui se trouvait avec son bébé puis elle m’a dit de m’occuper de l’enfant.

On s’est mis à se disputer et elle a quitté la station en abandonnant le bébé ». Pris de panique, B.M s’est dirigé avec son ami, le même jour, vers la localité de Cheffa et c’est ici que ces derniers avaient abandonné le bébé sous une branche d’arbre. En revenant sur la route, B.M avait appelé K.H et l’informa de ce qu’il venait de faire, alors K.H lui a proposé de se rencontrer à la commune de Ksar El Boukhari, à Médéa pour passer une nuit ensemble.


LE TROISIÈME COMPLICE ARRÊTÉ À LA RN 69

En parvenant à avoir le nom du troisième complice, le nommé H.A, les gendarmes lui ont tendu une souricière devant l’entrée de la RN 69, laquelle a permis de l’arrêter le 17 novembre dernier.

Ce dernier a avoué aux gendarmes qu’il se trouvait avec B.M au moment où ce dernier avait abandonné le bébé à Cheffa. «En chemin, j’ai demandé à B.M ce qu’il va faire de ce bébé, alors il m’a répondu qu’il allait le livrer à une sage-femme avant de revenir sur ses mots et décider d’abandonner l’enfant près d’un arbre sur la route menant vers Médéa ».

Et lorsque les enquêteurs lui demandent pourquoi il n’a pas dénoncé l’acte de son ami, H.A a répondu qu’il avait peur des représailles de B.M. Enfin, les gendarmes ont prélevé le sang de B.M envoyé vers les labos de l’INCC de Bouchaoui afin de confirmer si ce dernier est le vrai père ou pas de l’enfant.

En attendant les résultats, B.M et H.A ont été présentés, avant-hier, devant le tribunal d’El Affroun, lequel a ordonné la détention préventive à leur encontre, tandis que les recherches sont lancées afin d’arrêter K.H, la maman du bébé qui est actuellement en fuite.

S. A.

21/11/12
Crédit photo : Le midi libre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*