Au lendemain du vol commis par deux volleyeuses algériennes en France

Faut-il sévir ou… applaudir ?

Le vol commis samedi dernier par deux joueuses de l’équipe nationale de volley-ball dans un magasin sportif, Décathlon, à Lisieux (France), vient de jeter un pavé dans la mare, à quelques jours du début des jeux Olympiques de Londres, et nous rappeler que ce n’est pas la première fois que ce genre de larcin arrive. Par le passé, des handballeuses et des footballeurs (forts connus) ont déjà volé dans des magasins sportifs ; l’histoire retiendra que c’est la honte qui est venue ternir l’image d’une Algérie propre.

Quelle mouche a donc piqué nos deux volleyeuses pour qu’elles fassent ainsi illégalement leurs emplettes?? Personne ne pourra nous le dire, même si nous savons que l’équipe nationale féminine de volley-ball ne manque de rien et demeure la plus «chouchoutée» par le ministère de la Jeunesse et des Sports. Pour rappel, ces deux volleyeuses ont été rappelées à l’ordre samedi dernier après avoir été surprises en train de voler dans un magasin sportif situé à Lisieux (à côté de Caen), lieu où elles effectuent un stage de préparation aux JO de Londres. Prises la main dans le sac par le personnel de l’enseigne avec un butin estimé à 170 euros dans leur sac, elles s’en sont finalement sorties avec un rappel à la loi. C’est du moins ce qu’a rapporté, dans son édition de lundi (avant-hier), le quotidien régional Ouest-France.

«Alors que leur stage prend fin ce lundi, elles auraient dérobé pour 170 € de vêtements et accessoires, samedi après-midi. Le personnel du magasin a donné l’alerte, écrit Ouest-France. Tous les articles ont été restitués et les joueuses ont reçu un rappel à la loi par la police.»

Si cela venait à s’avérer exact, ce serait une honte pour ces volleyeuses qui viennent de ternir l’image du sport national, d’autant que cela intervient à quelques jours du début de la plus importante compétition planétaire.

Contacté par la presse, le président du Comité olympique algérien, Rachid Hanifi, est resté perplexe. «Je ne suis pas au courant de cette information, mais si cette affaire s’avérait vraie, ce serait un scandale car elle irait à l’encontre des valeurs d’éthique et de morale qui caractérisent l’olympisme. Il faut faire la lumière sur ce fait divers qui éclabousse l’image du sport algérien», aurait déclaré Hanifi dans les colonnes de DNA.

De son côté, le président de la FAVB a formellement démenti l’information, hier, dans les colonnes de la presse nationale. Selon lui, c’est là une déstabilisation d’une équipe qui s’apprête à prendre part à ces joutes. Il défend ses protégées, affirmant qu’elles sont bien éduquées et que ce n’est pas la première fois qu’elles voyagent à l’étranger. La sélection algérienne se trouvait en stage de préparation depuis le 2 juillet ; elle est restée pendant plus de quinze jours dans le nord de la France. Le staff technique a opté pour cette région en raison du climat qui est comparable à celui de Londres, lieu où se déroulent les rencontres de notre six national féminin. Quoi qu’il en soit, toujours est-il que du côté de France-Ouest, on persiste et on signe : un vol aurait été bel et bien commis.

25/07/12
Crédit photo : Saïd Lacète pour jeune-independant.net

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.