Cérémonie de remise des Fennecs d’or : La belle fête des faiseurs d’images

Les Fennecs d’or 2008 sourient à Malika Belbey, Lakhdar Boukhars et Djaâfar Gacem.

C’est dans une ambiance chaleureuse et conviviale qu’a eu lieu dans la nuit du jeudi, au Théâtre national algérien Mahieddine Bachetarzi, la cérémonie de remise des Fennecs d’or, en présence de deux ministres, M. Abderrachid Boukerzaza, de la Communication, et M. Boudjemaa Haïchour, de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication.
Les heureux lauréats de cette 5e Nuit des Fennecs d’or placée sous le haut patronage du Président de la République, sont, respectivement, Djaâfar Gacem, Malika Belbey et Lakhdar Boukhars, pour les prix du meilleur réalisateur et des meilleurs rôles, féminin et masculin. Le réalisateur Djaâfar Gacem a été récompensé pour «Maou’id maâ el Qadar» (Rendez-vous avec le destin), une série télévisée qui a permis aussi à Malika Belbey de décrocher le titre de meilleure actrice.

Ce même feuilleton a récolté les récompenses de meilleur scénario (Karim Khedim), meilleur décor (Mohamed Boudi) et meilleure photographie (Ahmed Zine et Jean Philipouleau). Une autre série télévisée remarquée, «Iimarat el hadj Lakhdar» (L’immeuble de hadj Lakhdar), diffusée pendant le mois de ramadhan 2007, a raflé la quasi-totalité des autres prix : meilleur montage (Chérif Bakoura), meilleure musique et meilleur son (Vincia de Vière), en plus du prix du meilleur acteur pour Lakhdar Boukhars.

Les meilleurs seconds rôles, masculin et féminin, sont revenus respectivement à Hacène Boukerci pour sa performance dans la série «Maâ el Mehenni rouh m’henni» (Avec el Mehenni pars tranquille) et à Razika Ferhane, pour son apparition dans la série «Hal wa ahoual» (Situation et situations). Il est vrai que cette jeune comédienne a eu le don et le talent d’avoir pu s’imposer très vite, dans un métier réputé difficile.
Le prix du jury, présidé par le réalisateur Ahmed Rachedi, a été décerné à Mahdi Abdelhak pour le film «Arbeh ya khasser» (Le perdant gagne), et celui du public est allé à «Nass Mleh City» (La “city” des bonnes gens).

La cérémonie de la 5e Nuit des Fennecs s’est déroulée en présence de figures artistiques nationales du monde du cinéma, de la télévision et du théâtre, et d’invités de marque. Des hommages ont été rendus à certaines personnalités, dont le réalisateur Amar Laskri, l’acteur égyptien Izaat El Aalayli et des comédiennes de Tunisie, de Syrie et du Liban. Toutefois l’hommage le plus poignant reste celui rendu au comédien récemment disparu, Karim Zenasni, que sa famille et l’univers du spectacle algérien venaient de perdre. Hamraoui Habib Chawki, le président de la Fondation organisatrice des Fennecs et directeur général de la télévision a eu les mots justes pour consoler la mère du comédien.
La tenue de cette Nuit des Fennecs de façon régulière traduit à la fois la volonté des pouvoirs publics d’encourager la production télévisuelle et de faire en sorte que les créateurs d’images et de rêves soient récompensés afin qu’ils redoublent de créativité.

Elmoudjahid

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.