Comment éviter la jalousie du plus grand

Comment éviter la jalousie du plus grand

Je me prénomme Lynda et j’ai deux enfants de 3 ans et de 14 mois. J’ai surtout des problèmes avec l’ainé qui devient de plus en plus ingérable, il bouge trop, ne m’écoute pas mais dès que je le punis il vient me demander des excuses et me fais des câlins. J’ai peur pour lui car il est trop jaloux de son frère alors qu’il est dix fois plus gâté que lui, il m’arrive même de ne pas approcher le bébé pendant des heures afin de ne pas susciter sa jalousie et on achète plus de cadeaux pour l’aîné. Je sais que c’est injuste mais je fais de mon mieux pour me rattraper. En ce moment, le petit commence à peine à marcher et dès que je lui demande de venir vers moi c’est le plus grand qui vient en courant me dire “non c’est moi c’est moi”, il se met à 4 pattes, il met la sucette de son frère dans la bouche et réclame le biberon. Je désespère …

REPONSE DE NOTRE EXPERT :

Chère Lynda, la jalousie n’est pas une maladie, c’est un désir instinctif d’exclusivité qui est parfaitement normale, La jalousie est l’incapacité de partager l’amour des êtres chers avec autrui. Chez l’enfant, la jalousie ou rivalité fraternelle est un phénomène universel qui permet à l’enfant de manifester son mécontentement à l’arrivée d’un intrus dans sa famille. La jalousie ne disparaît pas avec l’âge, elle persiste toute la vie. Elle évolue et se transforme en compétition quand les enfants grandissent. La venue d’un deuxième enfant suscite de la curiosité, de l’inquiétude, de l’angoisse et de la jalousie. Ces sentiments sont vécus plus dramatiquement pour l’enfant unique, qui jusqu’à présent, n’a pas eu l’occasion de partager ses parents avec d’autres enfants. Il se doit soudainement, sans trop comprendre, d’accepter et de partager, avec son petit frère, le temps et l’attention de ses parents, des ami(e)s et des visiteurs éventuels. Il faut donc s’attendre à des réactions de sa part, réactions qui vont varier selon son âge et selon les réactions et attitudes des parents envers lui et la nouvelle addition.

Les expressions de la jalousie à 3 ans s’expriment avec de l’agressivité franche et de la régression. Votre fils va donc être exigeant, irritable et peut même montrer des troubles de l’appétit, des cauchemars et/ou de la tristesse. L’enfant devenu propre peut régresser et s’échapper, un peu comme pour redevenir un bébé, ceci va ainsi lui permettre de regagner vos soins et votre attention. Ces changements dans son comportement peuvent révéler, certes, des difficultés émotionnelles en relation avec son frère, mais ils peuvent, aussi, être dus au fait que vous lui donnez trop d’attention quand il exhibe ses comportements négatives et que possiblement, au même moment, vous devez exprimez ou vous sentir frustrée, anxieuse, coupable et dépassée.

Arrêtez de le gâter, de le surprotéger, et de vous sentir coupable, car vous êtes entrain d’exacerber ce que vous essayez d’éviter : une jalousie et une rivalité excessive de sa part entre son frère. Votre comportement risque de créer du ressentiment entre vous et votre fils et de la tension dans votre petite famille. A trop gâter un enfant, il devient exigeant, égoïste, et non compatissant, pendant que vous privez son jeune frère de l’attention et de l’affection dont il a droit. Ce dernier pourrait aussi se sentir isolé et rejeté. S’il vous plaît, chère maman, gardez une notion de justice et d’équilibre entre vos deux enfants car les deux méritent votre amour et votre attention et ne vous inquiétez pas, les manifestations de jalousie n’empêchent nullement l’affection fraternelle de se développer entre les deux.

QUELQUES SUGGESTIONS :

1. Rassurez votre enfant que vous l’aimez et rassurez le sur le fait qu’il ne risque pas de perdre sa place avec vous. Ne soyez pas avare de mots affectueux, si possible, obtenez l‘aide et la collaboration de votre conjoint qui pourrait jouer avec l’aîné pendant que vous vous occupez du plus jeune. Donnez du temps a chacun équitablement.

2. Associez votre aîné aux soins de son frère et démontrez lui à quel point il est indispensable, sans exagérer ses responsabilités car il est encore jeune. Remerciez le et récompensez ses efforts.

3. Faite lui voir le côté positif de la situation en insistant sur le fait qu’il a maintenant un compagnon de jeu et que lui est assez grand pour le surveiller et lui apprendre des choses.

4. Accordez lui des privilèges en raison de son âge et de son rang, il peut voir la télévision ou dormir plus tard ou faire des sorties “homme” avec le papa.

5.. Ne le critiquez pas et surtout ne le comparez pas à son frère ou à un autre enfant. Ne faites pas de préférence et si vous le faites, soyez discrète.

6. Il ne faut pas nier mais plutôt valider sa jalousie et ses réticences, ses frustrations. Il a le droit de les ressentir. Aidez-le à verbaliser ses sentiments, mais décourager les comportement agressifs ou régressifs. Il peut ainsi s’exprimer verbalement, à travers les jeux de rôle, les discussions, le dessin, la pâte à modeler, mais pas à travers des actes agressifs, des crises, des demandes excessives ou déraisonnable. Arrêtez de lui acheter tout ce qu’il veut, acheter ce qui est nécessaire et vous pouvez et avez le droit de dire NON.

7. N’accordez pas de l’attention positive quand il présente des comportements indésirables et ne vous occupez pas activement de lui. Si vous faites cela, c’est une forme de récompense, donc ignorez les comportements enfantins et inappropriés et faites lui des compliments pour ses actions et ses comportements positives. Utilisez le renforcement négatif plutôt que les punitions corporelles ou le criage en lui disant “Tu pourras à nouveau m’aider avec ton frère, ou venir dans mes bras, quand tu auras décidé d’être gentil.”

8. Soyez consistante et ferme quand vous les disciplinés : Donnez les mêmes conséquences pour les mêmes comportements négatifs. Ne leur donnez pas des milliers de chance avant de vous décider de les discipliner.

9. Apprenez leur et pratiquez avec eux comment ils doivent communiquer avec vous quand ils ont besoin de quelque chose. Faites des jeux de rôle avec eux. Je me répète encore : soyez consistante, juste, positive et flexible envers vous même et vos enfants. Éviter les insultes, les humiliations et démontrez a vos enfants, par vos actions, vos gestes que vous êtes en charge, que vous êtes le parent, que vous ne vous laisserez pas manipuler par leurs câlins et leurs petites crises, et surtout que les 2 enfants ont droit, l’un et l’autre à votre amour et votre attention.

10. Ne vous découragez pas les choses ne changeront pas en un jour. Persistez, vous ferez des erreurs comme toutes les mamans de la planète, ce qui est important c’est que vous les aimez et que vous les protégez.

11. Prenez du temps pour vous dans la journée ou dans la soirée, sortez, visitez vos amis, votre famille pour recharger vos batteries.

12. Essayez de joindre un groupe de mamans pour le support et la vie sociale.

Bonne chance,
Nouzha.D

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*