Dziriya magazine Forums Forum Maman La fausse couche : les conséquences

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 21)
  • Auteur
    Messages
  • #14821
    mimiloudz
    Participant

    Si l’enfantement est souvent perçu comme un moment magique jalonné par de petits tracas, certaines femmes le vivent plutôt comme un moment difficile ! La grossesse est parfois vécue comme une pathologie. 20% des grossesses n’arrivent pas à terme, un chiffre aussi surprenant que méconnu. Après une expérience délicate qui se conclut parfois par une fausse couche, il est fréquent d’observer des périodes de dépression plus ou moins aigues. Une fausse couche a souvent des conséquences sur l’état psychologique des parents ou tout du moins sur leur moral. Il est parfois difficile de retrouver confiance en soi…de retrouver l’espoir, celui d’avoir un enfant.

    L’impact psychologique d’une fausse couche

    Confrontés à un tel événement, les parents y font face avec plus ou moins de courage, plus ou moins de force de caractère. Pas toujours évident d’aller de l’avant après une fausse couche ! Difficile de surpasser la douleur morale. Chacun réagit avec sa sensibilité. Mais un avortement spontané peut parfois être un véritable traumatisme qui peut déboucher sur une dépression dont la durée varie selon chaque personne et selon chaque cas. Le bouleversement hormonal engendré par l’interruption de grossesse n’aide en rien au « retour à la normal ». Renforcée par ce tumulte hormonal, la dépression peut alors prendre des ampleurs alarmantes.

    L’avancement de la grossesse lors de l’interruption, l’état émotionnel exacerbé par le bouleversement hormonal, la culpabilité que peuvent ressentir les parents mais également les croyances religieuses sont autant de facteurs qui peuvent jouer sur le moral des parents.

    Certains ont besoin d’être accompagnés, de se sentir soutenus, de parler de cette expérience difficile, de verbaliser simplement ce qu’ils ont vécu. Des fausses couches à répétition peuvent même porter atteinte au couple et entraver un avenir perçu alors comme difficile. Quel futur se profile donc ?

    On cherche des raisons, parfois des fautifs alors que les causes d’une fausse couche ont souvent comme origine une malformation chromosomique qui n’est rien d’autre que le fruit du hasard.

    Une oreille attentive pour un avenir plus serein

    L’entourage doit faire preuve de compassion et de compréhension pour aider la famille à prendre le dessus et à passer le cap de ce pénible moment. Il faut se montrer à l’écoute et effacer ce sentiment de culpabilité qui résonne chez ces parents en mal d’enfant.

    Les douleurs éprouvées lors de l’expulsion de l’œuf, l’intervention médicale (appelée communément le curetage) parfois nécessaire s’ajoutent à l’état d’anxiété des parents, désespérés. Ils s’interrogent alors sur les raisons de cette fausse couche. Certaines maternités proposent un accompagnement psychologique pour soutenir les parents afin qu’ils puissent envisager sereinement une autre grossesse. Non pas qu’il faille gommer au plus vite la tristesse d’une telle expérience mais les accompagner dans le parcours de deuil nécessaire au bien être mental, parcours qui demande parfois du temps.

    Quand refaire un bébé ?

    Médicalement, rien n’empêche les parents de mettre en route un bébé immédiatement après une fausse couche. Dans la tête, c’est autre chose. Encore faut-il qu’ils aient retrouvé confiance en eux. Une confiance qui passe par une période de deuil facilitée aujourd’hui par un arrêté de la cours de cassation daté du 7 février 2008 qui reconnaît enfin le fœtus né sans vie comme une personne à part entière qui peut être déclarée à l’état civil. Une décision attendue par les parents qui ont perdu un enfant suite à une grossesse interrompue. Alors qu’autrefois, par maladresse ou incompréhension, on niait l’existence d’un bébé né avant les 22 semaines d’aménorrhée.

    Souvent, le compagnon est le premier sur le qui-vive. En première ligne pour recommencer sans plus attendre : « refaire un bébé tout de suite ». Difficile pour un homme de se sentir père durant une grossesse ! Il ne vit pas l’expérience d’un corps qui change pour accueillir son enfant. Difficile pour une femme d’entendre ces mots, elle a souvent besoin de plus de temps. Elle doit prendre le temps de relativiser cet événement : le premier pas vers la guérison, avant de retrouver l’envie d’avoir un enfant. La période de deuil est un bien nécessaire qui limite les angoisses et les débuts de grossesse difficiles engendrées par la peur de répéter des complications déjà vécues.

    Aujourd’hui, une fausse couche est sans doute plus difficile à vivre qu’auparavant. Les techniques rendent la grossesse plus réelle que jadis. Tests de grossesse, échographies, tout est mis en place pour une prise de conscience collective ! La perception de la vie est donc plus manifeste. Pour envisager une nouvelle grossesse, le rôle de votre compagnon est primordial. Soutien et persévérance vous aideront à passer ce cap difficile.

    http://www.planet.vertbaudet.com/la-fausse-couche—les-consequences.htm

    [b]c’est en lisant le post de myllem que m’est venu l’idee de ce post ,car les consequences psychologiques d’une fausse couche sont terrible mais le soutien chez ns n’existe pas ,que ca soit de la part du mari ,de la famille ou de la part du secteur concerne,si cette malheureuse avait recu une aide psychologhique je psense qu’elle serait encore de ce monde[/b]
    a vos clavier les filles …
    je veux connaitre vos avis ….. :biz:

    #406145
    myllem
    Membre

    une fausse couche est une mauvaise expérience pour chak femme l’ayant vécu car a travers elle on se construit un univers on fait d réves on se projete ds l’avenir et dun seul coup plus rien il faut beaucoup de courage iman kawi et étre bien entourer surtout ca et si on voit ke le femme a subit le moindre traumatisme ne surtout pa l’enfermerv mais plutot la laissée consulter vider son sac chez un psychologue car il est p^lus apte ba décelé la moindre anomalie
    il faut changer les idées les préjugés arrétés de voir les psy kom d malpropres ta3 mhabel non d vies peuvent étre sauvées
    merci mimi pour ce sujet

    #406146
    GIGILOU
    Membre

    Une fille que je connais a fait une fausse couche, elle l’a trés mal vecue, moralement ainsi que physiquement, j’ai essayer de la consoler mais sans vraiment comprendre ce mal qu’elle ressentait, je me disais qu’un foeutus de quelques semaines ne peut pas nous rendre triste à sa perte, mais je sais que je fais fausse route, on s’habitue à l’avoir dans notre ventre et on commence à faire des réves et à lui construire des chateaux dans notre imaginaire !! sa perte c’est la destruction de tout ce qu’on a rêver de lui et pour lui !!

    #406147
    largesourire
    Spéctateur

    bonjour les filles!!!!!!!!!!!!!
    wellah c’est une experience pas faciiiiiiiiiiiiile,mais elmamdoulilleh 3ala kouli hal,hadi ni3ma tani men 3and rabi…
    mais ce que je dois vous dire et que je dois vous conseiller,est que chaque fille qui a deja fait une fausse couche,meme dans les premieres semaines de grossesse,de faire la radio des trompes(l’hystérographie),c’est tres important,car la fausse couche peut boucher les trompes,et ça peut perturber leurs roles ou les empecher de les faires.

    #406148
    sab1986
    Membre

    c vrai largesourire !!
    mais je pense apres une fausse couche c bien de faire une echo ou hystero pour voir si tout va bien et que tout a bien etait evacuer

    #406149
    largesourire
    Spéctateur

    cc sab!!!!!!!!j’espere que tu vas bien ma chere.
    Oui oui,effectivement…………suis d’accord avec toi

    #406150
    sab1986
    Membre

    oui sa va hamdoulah nchallah toi aussi :biz:

    #406151
    largesourire
    Spéctateur

    hmdlh….tant mieux

    #406152
    claudine0001
    Spéctateur

    bonjour coucou je suis passez dans la meme situation comme vous grace a un docteur je suis tomber enceinte si ta besoin je te passe son contact bonne journez

    #406153
    Anonyme
    Invité

    claudine tu met fait penser au page jaune ma belle, ya pas un topic ou tu ne propose pas un numero ou une personne ou une aide :-D)))

    #406154
    Anonyme
    Invité

    desole mimi pr le hors sujet mais il falait que sa sorte jai pas ncore lu ton message pr te repondre mais c tres interessant je reviendrais pr participer :biz:

    #406155
    mimiloudz
    Participant

    merci claudine mais ton docteur ne pourra pas m’aider ,j’ai des ovaires multifolliculaires ….
    mon probleme est le poid ,donc je dois perdre avant tous ces kilos qui me pourrissent la vie …
    merci comme meme ,
    bise
    ps :concernant la fausse couche c’est un moment tres tres dur dans la vie d’une femme et ca marque a jamais ,c’est comme ca ,c la vie mais bon avec le temps et l’aide de dieu ,on se sens bcp mieux wa el hamdoulahe ..

    #406156
    ptitange
    Membre

    j’ai fait une fausse couche septembre passé et mnt j’arrive pas a concevoir une autre fois .

    je regrete ne pas consulter a cette époque , heureusement mon mari était patient et il m a supporté .

    au debut , j’en parlais pas , comme un déni quoi mais apres un bon moment je devenais folle , instable , jamais satisfaite , je pleurais pour n’importe quoi , je supporte pas les gens …….

    heureusement j’ai trouvé une connaissance qui a fait des études en psychologie clinique , elle m’a aidé vraiment a faire sortir ce mal , de ne pas le nier , d’en parler , de l’accepter et pouvoir vivre sans regarder a chaque fois en arriere.

    bon courage pour tte femme qui a vecue ce malheur .

    #406157
    amane
    Participant

    j’ai pas une expérience pour parler sur ce sujet
    mais nchallah labass a3likom ga3 w rabé yerzakome
    c pas facile même de parler sur le sujet

    #406158
    aniati
    Spéctateur

    Salut à toutes, je suis nouvelle mais ce sujet me branche bcp.
    en mars dernier, j’étais enceinte de 3 mois et demi (première grossesse), j’ai été chez la gynécologue pour une échographie de routine (celle du 3ème mois) et voilà qu’elle m’annonce que le bébé a une malformation et qu’il faut absolument interrompre la grossesse. (je vous laisse imaginer le choc et la déception que j’ai pu avoir…)
    je m’oriente le lendemain à l’hôpital où je suis examinée par un professeur très connu, il me confirme la malformation et m’explique que même si je décidais de ne pas avorter, la grossesse s’interrompra toute seule à n’importe quelle moment, donc, pour ma sécurité, il fallait avorter.
    Je ne peux vous dire combien ce fût difficile, non seulement nos hôpitaux ne disposent pas de médicament adéquat, car il fallait que je m’en procure moi même le médicament qui fait avorter, ce sont des pilules qui sont interdites en vente en Algérie, mais en plus, il y la le moral qui n’y est pas.
    le pire pour moi, c’était juste après l’avortement, le minuscule être qui était en moi me manquait énormément et je me suis sentie horriblement seule sans lui.
    Maintenant, il m’arrive très souvent de penser à lui, je pleure à chaque fois que j’y pense (je devais accoucher en août le mois prochain) mais bon, je me dis que si dieu en a voulu ainsi, c’est qu’il y a bien une raison à celà…
    à présent, je suis enceinte de 04 petites semaine, et je suis horriblement stréssée…je croise les doigts et je prie dieu.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 21)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.