Institut Cervantès d’Oran : Défilé amateur pour stylistes en herbe

L’Institut Cervantès d’Oran a organisé, samedi dernier, un défilé de mode pour amateurs, lors d’un atelier intitulé «Introduction au stylisme».

Animé par Alberto Cortès, styliste madrilène, l’atelier était destiné aux amateurs de haute couture qui n’ont pas une grande connaissance dans le domaine. Aussi, le but de cet atelier était d’initier ces jeunes à cet art, voire à faire naître en eux cette passion. Il faut savoir que l’Institut Cervantès d’Oran est à son deuxième défilé de mode, après celui de juin 2011, où un véritable engouement a été noté. Pour cette nouvelle édition, le public a pu admirer des créations confectionnées exclusivement à base de cartons et cela pour le «peu de temps dont ont disposé les participants pour se former lors de l’atelier».

Effectivement, l’atelier n’ayant duré que 5 jours, du 18 au 23 juin, il leur était impossible de confectionner en un temps si court des vêtements en tissu. Généralement, nous a-t-on expliqué, les modèles faits avec du carton sont destinés à ce qu’on appelle des «défilés galeries», concept dans lequel le corps ne sert que de support. «Il y a des vêtements pour lesquels le corps ne sert que de support, nous explique un spécialiste, des vêtements qui ne sont pas destinés à être portés.» C’est un peu comme en peinture, poursuit-il : «En peinture, la toile c’est le support, et le pigment, la matière, et le tout fait l’oeuvre d’art.» Il en est de même en haute couture : le corps est le support, le tissu est la matière et le vêtement est l’œuvre d’art ! Toutefois, force est d’admettre que les modèles fabriqués par ces apprentis-stylistes ont impressionné plus d’un dans la salle. Les élèves ont laissé libre cours à leur imagination, ce qui leur a permis de créer des modèles qui sortent du commun, des modèles anticonformistes, originaux !

Ce défilé de mode a coïncidé, pour cette année avec «El Dia E», autrement dit «le jour de l’espagnol», qui se veut être une journée pendant laquelle la langue espagnole se fête dans tous les Instituts Cervantès du monde. La manifestation a débuté par la projection d’un film Escucha me cancian (1959), d’Antonio del Amo, film qui a clôturé le cycle Joselito. Par la suite, tout juste avant le lancement du défilé, une cérémonie de remise des prix de la 4e édition du concours de peinture rapide «Rosalcazar», une initiative du Cervantès, a été organisé, et le lauréat a obtenu le prix Fertial.

Le public a eu droit ensuite à un «show» d’improvisation, concocté par deux apprentis-comiques, qui ont fait plier en quatre la salle par leurs galéjades et leurs mimiques, à la plus grande joie des petits et des grands. Ce n’est qu’après, aux environs de 18h, que le vrai show, celui du défilé de mode, a eu lieu.

Akram El Kébir

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.