La circoncision réduit de plus de 50% le risque d’être infecté par le virus du sida

La circoncision réduit de plus de 50% pour les hommes le risque d’être infecté par le virus du sida, selon deux études effectuées au Kenya, en Ouganda et en Afrique du Sud présentées à la conférence mondiale contre le sida à Mexico.

Ces études ont confirmé l’efficacité de la circoncision, pratique obligatoire chez les musulmans, et les auteurs insistent sur ce “vaccin chirurgical”, comme “une méthode bon marché et sans risque pour protéger les hommes du sida”.

L’Afrique sub-saharienne, où vivent les deux-tiers des 33 millions de séropositifs dans le monde, pourrait notamment profiter de cette méthode.bDe même, une étude en Zambie conduite par Robert Bailey pour l’organisation non-gouvernementale Population Services International (PSI) a conclu que les hommes ne ressentaient ni douleur, ni disfonctionnement sexuel après une circoncision.

La circoncision est théoriquement efficace parce que le prépuce est un point d’entrée pour le VIH, car il est riche en cellules dites de Langerhans, un tissu que le virus pénètre facilement.

Pour Dvora Joseph, directrice à PSI, il y a de plus en plus de preuves que la circoncision doit jouer un rôle essentiel dans la panoplie des méthodes préventives. “Nous demandons à la communauté internationale et à ses partenaires d’introduire la circoncision masculine où les taux de séropositivité sont élevés et où ceux de la circoncision sont bas, dans les pays d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe”, a-t-elle dit.

Selon le chercheur français Bertran Auvert, qui a mené l’étude originale en Afrique du Sud, la circoncision aurait pu éviter ou éviterait l’infection de 3,8 millions de personnes et 500.000 morts en Afrique sud-saharienne entre 2006 et 2016.

Aps.dz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*