La toile de Louise par Coppélia Pique

Dans sa nouvelle collection automne-hiver 15/16, Axelle Migé reprend les interrogations de la féminité transcrites dans l’oeuvre de Louise, à travers un vestiaire créé pour cette femme libre et duale, sensuelle mais aussi androgyne tel un dandy séducteur.

Cette collection est la rencontre intemporelle entre deux féminités, un dialogue sans mot. « Pour moi la sculpture est le corps. Mon corps est la sculpture. » Louise Bourgeois.

«La toile de Louise», ou la rencontre d’une artiste à trois visages : garçon manqué, femme insoumise et mère affranchie. Louise Bourgeois se reconstruit dans son art, réminiscence d’une enfance retrouvée. Fille de tapissiers, sa naissance est le symbole du narcissisme parental. Louise Joséphine Bourgeois porte les prénoms de ses parents mais surtout les espérances de son père, désireux d’avoir un fils. Elle se heurte très tôt aux non-dits et aux tensions familiales qu’elle tente d’exorciser. « En fait j’essaye de tout réparer, mes émotions sont mes démons » Louise Bourgeois. Avec une certaine pudeur, l’artiste nous livre des oeuvres très personnelles, mystérieuses et emplies de codes au caractère universel.

 

 

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.