Le jardin d’Eden de Zuhair Murad

C’est au Palais des Beaux Arts de Paris que le styliste libanais Zuhair Murad a présenté sa dernière collection haute couture printemps/été 2014 devant un public conquis.

Une saison touchée par la grâce, florilège d’allures comme autant de déclarations de fraîcheur : Porté par une inspiration plus fertile que jamais, le couturier Zuhair Murad compose un vestiaire sans nuage, distinction anticyclonique empreinte de flore, de faune et de faste. Cet été, l’humeur la plus souriante est de mise.

Seconde nature
Parcourues de camélias, roses, églantines, pivoines, gentiane, laurier, Traversées d’effets reptiles et accents félins… Caressées de plumes de paradis… Les silhouettes déploient des trésors de nature réenchantée à la faveur de déliés et délices de drapés, dentelles, broderies, applications… Plein air et plein art de délicatesse comme extraits du plus idyllique des jardins.

Champ de chic et de charme
Le jour s’élève et s’épanouit de plus bel en tailleurs jupes crayon, jumpsuits et pantalons fluides, boléros, hauts et vestes à basques…Elégance soulignée d’un luxe de tact et d’assurance. Very happy hours et nuits blanches, elles, filent doux, gracieux ou glamour en robes corolles courtes ou longues et fourreaux lianes…Résolument à l’honneur, la féminité s’auréole à toute heure d’un parfum d’extrême raffinement.

Parterre de nuances
Sous le soleil, noir, or mais aussi blancs et ivoires donnent le ton sur et serein, valeurs éternelles parfaitement éclairées. Sous les sunlights, parme, pêche, rose, mimosa, amande… donnent le rythme festif, palette de pastels féeriques et subtils. De la rosée jusqu’à la lune, les tonalités irradient sans compter, parsemées de reflets et paillettes.

A fleur d’allégresse
Crêpe, organza, shantung, tulle, mais aussi guipure, dentelles, broderies, applications de satin, cuir et plumes : Sensuelle droiture, aériennes envolées, finesse comme un gant, souffle arachnéen… Les matières ont partout l’esprit léger, heureuses de donner des ailes…

Vive -et vibre- la mariée !
C’est l’inoubliable bouquet final, quelque vingt-cinq mille coquelicots, gentianes, jonquilles, roses, pivoines éclos au fil d’une robe comme une gerbe de bonheur, broderie virtuose et épure majestueuse pour une démarche nuptiale rayonnante à ravir…

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.