Les actrices algériennes les plus prometteuses du moment

Dans le cadre de la 7e édition du Festival Culturel international du film arabe qui se déroule dans la capitale de l’ouest, Oran, Dziriya.net souhaite faire le point sur les nouveaux visages féminins du cinéma algérien.

Amel Bouchoucha

jeunes-actrices-les-plus-prometteuses-du-cinema-algerien amel bouchoucha

Cette trentenaire chaouia bourrée de talent a de l’ambition à en revendre. Elle reste l’actrice algérienne de la nouvelle génération la plus populaire dans le monde arabe grâce, notamment à sa participation dans le programme de téléréalité Star Academy Liban qui l’a fait connaître. Au départ chanteuse puis animatrice, elle débute dans la télévision en interprétant le rôle principal dans le feuilleton “Zakirat elJasssad” réalisé par le grand Najdat Azour. Ce feuilleton est une adaptation télévisuelle du roman éponyme de l’écrivaine algérienne Ahlam Mostaganemi. Ce rôle va lui ouvrir les portes du cinéma arabe. Son travail et sa détermination vont lui permettre de s’affranchir de l’étiquette de starlette de la téléréalité et lui asseoir une toute autre réputation. Pour preuve, elle a été désigné membre du jury de la septième édition du Festival du Film Arabe d’Oran qui vient juste de se terminer.

En marge de cette manifestation, elle confiera à nos confrères d’el Khabar qu’elle rêve d’incarner la reine Kahina sur grand écran, rien que ça ! En tout cas cette beauté des Aurès à toutes ces chances !

Souhila Maalem

jeunes-actrices-les-plus-prometteuses-du-cinema-algerien souhila maalemUne carrière bien remplie pour cette jeune algéroise qui compte déjà plusieurs films et téléfilms à son actif. En 2010, elle incarne l’un des premiers rôles dans le film La Cité des vieux de Mouzahem Yahia avec Mohamed Bouchaib et Larbi Zakkal. Elle interprète également Yamina dans le film Les jours d’avant de Karim Moussaoui qui vient de recevoir le prix du meilleur court-métrage au Festival International du Film Arabe d’Oran.

Côté feuilleton, on l’a notamment vu dans la série Dar El Bahdja diffusée sur l’ENTV de Djaâfar Gassem et dans le sitcom humoristique Khalti Lalahoum. Comme son acolyte Nawel Bellilli, elle a participé à la série fantastique Switchers, propulsée par Mobilis et Samsung.

Bouchra Okbi

jeunes-actrices-les-plus-prometteuses-du-cinema-algerien bouchera okbiFigure emblématique du nouveau cinéma algérien au féminin, Bouchera Okbi débute dans le monde du spectacle en tant que mannequin suite à son élection en tant que première dauphine du concours Miss El Djazaïr 2004. Quelques années plus tard, elle s’oriente vers une carrière cinématographique. Son tout premier rôle lui sera offert par Lyes Salem dans le court-métrage Cousines, primé aux Césars. Elle enchaînera des rôles plus ou moins charismatiques dans des films comme Printemps Noir (2005), L’imigria Fi Douarna (2007) et Indama Tatamered El-Akhlaq (2008). Elle fera également parti du casting de Djemai Family pour les trois saisons.

Elle remporte le Fennec d’or pour le meilleur second rôle féminin dans le film Daouamate El Hayate.

Zahra Manel Doumandji

jeunes-actrices-les-plus-prometteuses-du-cinema-algerien2 Zahra Manel DoumandjiSans doute l’actrice algérienne la plus primée, cette talentueuse Batnéene de 22 ans débute sa carrière sur les planches de théâtre un peu par hasard à l’âge de 14 ans. Elle y recevra le prix du meilleur espoir pour son rôle dans une pièce théâtrale qu’elle incarnera en replacement lors du Festival international de théâtre universitaire de Monastir en Tunisie.

Sa prestation dans la pièce Cloches lui vaudra le prix de la meilleure interprétation féminine au Festival international de théâtre universitaire de Marrakech en 2009. Malgré sa passion dévorante pour le théâtre, elle poursuivit assidûment ses études en Master Physiopathologie cellulaire et moléculaire et tient à jouer juste pour l’amour de l’art.

Sa carrière au cinéma est toute récente puisque son premier rôle sera dans le film Harraga Blues de Moussa Haddad en 2012.

Son plus grand rêve ? Fouler le tapis rouge du Festival de Cannes avouera-t-elle au journal Liberté Algérie.

Celia Sadi

celia saadiA tout juste 22 ans, cette jeune berbère originaire de Bouzguène est un visage qui monte dans l’espace cinématographique kabyle. Élevée dans un milieu artistique, elle a souhaité arrêter ses études de droit pour se former dans le cinéma.

Sa première montée sur scène s’est déroulée lorsqu’elle avait 15 ans. Elle a interprété un rôle intéressant dans un théâtre parisien. Depuis son parcours s’est étoffée. Le public a pu la découvrir dans le rôle principal d’Imdukah Saison 1 & 2, Am Seltan et Thinfitt.

Mina Lachtar

mina lachtarCette talentueuse comédienne pleine de pep’s est très appréciée pour son humour à l’algérienne et sa répartie. Elle débute sa carrière grâce au coup de pouce d’une amie qui l’incite à se présenter à un casting pour le rôle principal.

Elle excelle dans la comédie et a joué dans de nombreux sitcoms et téléfilms de la télévision nationale algérienne comme Zhar Makach, Saâd El Gat, série (diffusée durant les mois de ramadan 2010 et 2011) produite par Mycene Production et réalisée par Mouzahem Yahia et Imen Nasri. On a pu la voir jouer dans le Caméra Café version algérien. Côté cinéma, elle joue le rôle d’une réalisatrice dans le film Normal de Merzak Alouache.

Adila Bendimerad

Cette artiste engagée débute dans le domaine artistique en France en entamant une carrière dans la danse contemporaine. En parallèle, elle développera son jeu d’actrice en prenant des cours de théâtre. Elle va donc se forger une solide expérience sur les planches parisiennes.

S’ensuit très vite une carrière cinématographique en Algérie au côté des plus grands réalisateurs du moment. Elle va enchaîner les longs métrages comme Taxiphone de Mohamed Soudani, Parfums d’Alger de Rachid Benhadj et Normal de Merzak Allouache. Depuis deux ans, elle parcourt le monde et interprète un rôle dans une grande production théâtrale des Mille et Une Nuit en version moderne réalisée par le directeur de théâtre anglais Tim Supple. Cette version plus violente et réaliste du légendaire conte arabe regroupe des acteurs en provenance de plusieurs pays arabe.

Nawel Bellili

Élue Miss Bejaïa 2012 à l’âge de 22 ans, Nawel Bellilli a été révélé au grand public grâce à son rôle dans la première série fantastique algérienne Switchers. Composée de 30 épisodes, Switchers est réalisée par le réalisateur algérien Actarus Hamed Aksas et produite par la société de production Lotus Conseil & Bella prod. Lancé sous l’impulsion de Mobilis et Samsung, ce nouveau concept made in Morocco est une première au Maghreb car il combine divertissement, fiction et promotion d’un produit.

L’un des rôles principaux dans une série qui a fait le buzz en guise de premier rôle dans la carrière artistique de cette jeune étudiante en communication … pas mal du tout ! Il ne lui reste plus qu’à confirmer son talent en récidivant, par exemple, dans la deuxième saison de Switchers !

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.