Portables et enfants, un duo à risques

L’exposition aux ondes électromagnétiques des téléphones portables, durant l’enfance, augmenterait de 80% le risque de souffrir de problèmes comportementaux et d’hyperactivité.

Une étude américaino-danoise publiée dans la revue Epidemiology, portant sur 13.159 enfants danois âgés de 7 ans, confirme les craintes de nombreuses associations et professionnels de santé au sujet des conséquences des ondes électromagnétiques sur la santé de l’enfant.
Une étude qui apporte une information nouvelle, puisque, selon les observations des chercheurs, l’exposition de l’enfant in utero aux ondes électromagnétiques lui ferait courir le même type de risque.
Selon l’association Priartem, qui a réagi à cette étude, “des chercheurs de l’Université de Porto Allegre ont également montré que le cerveau d’un enfant absorbe 60 % de plus de rayonnement que celui d’un adulte”.
L’association rappelle que plusieurs études parues récemment ont révélé des risques aussi graves que des cancers, et des cas de stérilité masculine liés à l’utilisation du téléphone portable.
Malgré ces découvertes scientifiques, les associations Priartem et Agir pour l’environnement “constatent que la France a décidé de ne pas aborder sérieusement le thème de la téléphonie mobile dans le cadre du projet de la loi post-Grenelle”. Elles dénoncent “l’inaction des pouvoirs publics français”, parlent d'”attentisme irresponsable”, et demandent à nouveau que des mesures fermes soient prises.
Ces associations appellent la ministre de la Santé “à enfin prendre les dispositions qui s’imposent en interdisant la vente et la promotion des portables destinés aux enfants de moins de 14 ans”. Elles souhaitent également qu’une campagne d’information destinée aux familles et aux femmes enceintes soit mise en place.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.